mardi 4 octobre 2016

Miss Peregrine et les enfants particuliers : du livre au film

Tim Burton est un des réalisateurs majeurs du cinéma contemporain. Si ses derniers films en ont déçu plus d'un (Alice Aux Pays Des Merveilles, Dark Shadows et Big Eyes), qu'en est-il de Miss Peregrine et les enfants particuliers ?


Avant d'être un film, Miss Peregrine est une trilogie de livres pour la jeunesse de Ranson Riggs. Il s'est inspiré de photos anciennes étranges, parfois effrayantes trouvées dans des marchés aux puces. Difficile de ne pas penser, en voyant ces photos (bien intégrées dans le film), à l'univers si particulier de Tim Burton et, en effet, pour moi, le livre était le matériau parfait pour un retour aux sources comme il ne l’a plus fait depuis longtemps...

L'artiste renoue avec les thèmes qui lui tiennent à cœur et on retrouve donc, comme dans tout bon Tim Burton, des personnages en marge de la société. Si je reprochais au livre d'énoncer de manière anecdotique la particularité de certains enfants, elle est davantage exploitée dans le film et ce pour chacun d'entre eux (celle d'Emma et d'Olive sont inversées mais ce n'est pas dérangeant) ! 

Résultat de recherche d'images pour "miss peregrine"

Ceux qui ont lu le livre et s'attendent à une adaptation fidèle risquent d'être déçus ! L'esprit du livre, la "mythologie" de l'univers est respecté mais, après une première partie plutôt fidèle, Tim Burton se détache de son modèle. Il pioche dans les trois tomes et invente, il s'amuse, s'approprie l'œuvre. Personnellement, j'ai été agréablement surprise par les libertés scénaristiques. Tim Burton a déclaré ne pas nécessairement vouloir faire de suite et on a une vraie fin (fortement différente de celle du premier tome). Le film se suffit donc à lui-même. Au niveau du rythme, l’histoire se met rapidement en place et j'ai trouvé le film mieux rythmé que le livre dans lequel il y avait quelques longueurs. Petits défauts tout de même, la fin est difficilement compréhensible concernant les voyages dans le temps et le contexte de guerre est vraiment très secondaire même si, au final, la balance penche largement vers le positif et, pour moi, c'est une vraie réussite !

Eva Green est plus belle que jamais en Mary Poppins gothique ! Elle est touchante en Miss Peregrine. Samuel Lee Jackson est charismatique même si, au départ, son interprétation m'a laissée perplexe. Il y a aussi une alchimie assez incroyable entre Asa Butterfield et Ella Purnell. Tous les acteurs sont très convaincants dans leurs rôles respectifs, même les plus jeunes. Pour la B.O., Burton se sépare du légendaire Danny Elfman pour Michael Higham et Matthew Margeson... et ça fonctionne plutôt bien. Pour les plus grands fans du réalisateur, sachez qu'il fait un caméo rapide mais sympathique !

Résultat de recherche d'images pour "miss peregrine gif"

Visuellement, le film est très agréable à regarder ! On retrouve l'esthétique artistique de Burton, à la fois sombre et coloré, bizarre et poétique, mystérieuse et bien sûr avec des monstres,... Aucun doute, on reconnaît bien là sa griffe.

En conclusion, Burton était bien le réalisateur parfait pour transposer l'histoire de Miss Peregrine et ses enfants particuliers sur grand écran ! C'est un mélange bien dosé de fantastique, d'un peu d'horreur et d'émotions que je conseille aux petits qui n'ont pas peur d'avoir peur et aux grands... Pour moi, c'est un coup de cœur et l’un des meilleurs Burton ♥

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire